Marché services à la personne bilan 2009

Bien que l’on assiste depuis la mi 2008 à un ajustement sévère de l’emploi national et à une hausse continue du chômage, l’emploi et l’activité dans les services à la personne continuent à se développer en 2009 même si le rythme est ralenti par le choc brutal de la crise.
Plusieurs indicateurs témoignent de cette résistance à l’évolution conjoncturelle. Tout d’abord, le nombre d’heures total travaillées dans le secteur continue à progresser : on prévoit en 2009 une hausse de 1,5% alors que le nombre d’heures dans l’ensemble de l’économie pourrait diminuer de plus de 2%. Mesurés en équivalent temps plein, les services à la personne restent par conséquent créateurs nets d’emploi, se distinguant des autres secteurs économiques, y compris des secteurs de service traditionnellement créateurs d’emplois : en 2009, 16 000 postes ETP pourraient être créés, dans une économie globale affectée par une perte d’environ 370 000 postes ETP.

D’autre part, les services à la personne continuent d’augmenter leur part dans l’ensemble de l’économie : ils représenteront près de 1% de la valeur ajoutée totale générée en 2009. Leur dynamisme sectoriel s’exprime également dans la progression des revenus salariaux distribués : la croissance de la masse salariale des salariés des particuliers employeurs serait supérieure à 5% en 2009, année caractérisée par une croissance quasi nulle de la masse salariale dans l’ensemble de l’économie.
Enfin, l’emploi direct semble au cours des derniers mois s’être développé plus vite que l’emploi prestataire. Cette évolution s’inscrit en rupture par rapport aux années précédentes, mais il est trop tôt pour considérer qu’il s’agit d’une inflexion durable.

Le tableau de bord à télécharger ci-dessous n’intègre pas l’effet de la mesure du CESU « pouvoir d’achat » sous forme de cesu 200 euros voire 400 à 600 euros d'aide gouvernementale par foyer, qui a donné lieu à l’émission de 350 M€ en titres CESU au bénéfice des bénéficiaires de l’APA, des familles recevant l’AEEH, de certains bénéficiaires modestes du CMG et des demandeurs d’emplois reprenant une activité ou entrant en formation et ayant des enfants (une enveloppe prévisionnelle plafonnée à 50 M€ étant prévue pour les DE).
L’impact en termes de créations d’emplois de cette mesure est difficilement estimable à ce stade. Arithmétiquement, le montant potentiellement consommé des CESU émis générerait plus de 23 millions d’heures de travail. A condition toutefois que les retards de réception des cesu 200 euros et les cesu non reçus n'engendrent pas la péremption de trop de chèques emploi service...

Information publiée le 18 décembre 2009 - Mise à jour : 25 janvier 2016


Vous pouvez publier un commentaire ou une question