Comment accompagner les enfants atteints de trisomie 21 ?

La fréquence de la trisomie 21 est de 1 cas par 700 naissances. Anomalie chromosomique congénitale, la trisomie 21 est trop souvent synonyme d’exclusion scolaire et sociale. Ainsi, les enfants qui en sont atteints ont besoin d’être intégrés dans notre société et ont aussi le droit à la scolarisation. Pour intégrer un enfant à besoins particuliers, il est primordial de connaître sa déficience ou le handicap dont il est atteint. Nous allons donc aborder la trisomie 21 du côté théorique avant de passer au côté pratique à savoir l’intégration et les interventions nécessaires.

Informations théoriques : qu’est-ce que la trisomie 21 ?

La trisomie 21 est également nommée «mangolisme» ou « syndrome de Down ». Cette deuxième appellation fait référence à Langdon Down, premier médecin qui l’a découverte. Il s’agit d’un problème génétique qui atteint l’organisme de l’enfant. Bien entendu, la génétique est un domaine très vaste. Pour cela, nous allons vous faire part de quelques données pour mieux comprendre la trisomie 21, sans entrer dans les détails. En effet, le bagage génétique de l’organisme humain est composé de 46 chromosomes qui s’associent ensemble pour former 23 paires. Ces chromosomes décident des traits physiques de l’être humain : couleurs des yeux, couleurs de cheveux, taille, etc. Cependant, un troisième chromosome se rajoute parfois à la 21ème paire et engendre les déficiences des enfants trisomiques, d’où le nom Trisomie 21. Les symptômes observés chez les enfants trisomiques sont :

  1. Un retard intellectuel
  2. Un faible tonus musculaire
  3. Un retard de langage qui est particulièrement dû à la morphologie de leur visage, de la langue et de la dentition
  4. Souvent, des troubles cardiaques, digestifs ou autres dysfonctionnements de l’organisme

Préparer l’intégration d’un enfant trisomique

Les enfants atteints de trisomie 21 se rendent peu compte de leur différence par rapport aux autres. Par conséquent, leur intégration n’est souvent pas difficile. Mais il vaut mieux bien préparer les autres enfants du groupe avant l’arrivée de l’enfant atteint. Pour ce faire, le professeur du groupe peut leur présenter des photos des personnes trisomiques et leur expliquer leur déficience, leur personnalité, leur particularité, etc. Par ailleurs, même si les enfants trisomiques ont plusieurs traits physiques en commun, chacun d’entre eux a une personnalité, un tempérament, des goûts et des besoins propres qu’il faut prendre en considération lors de l’intégration. Par la suite, l’enseignant (en classe ou en cours particuliers) doit aussi identifier les besoins de l’enfant et suivre son rythme. Celui-ci a besoin de plus de soutien. En outre, l’enfant trisomique a besoin de se retrouver bien dans l’espace pour se sentir en sécurité. Pour cette raison, il est nécessaire de recourir aux parents pour préparer l’aménagement du local en fonction de ses goûts.

Les meilleures interventions avec un enfant trisomique

Nous vous proposons quelques astuces pour une bonne intervention avec les enfants atteints de trisomie 21 :

  1. Diminuer les stimuli : Il serait mieux de garder la porte fermée, de se déplacer devant un mur sans images et de s’éloigner de la fenêtre pour garder son attention.
  2. Offrir une stabilité : La routine et la stabilité du personnel intervenant facilitent la compréhension de l’enfant. En fait, les enfants trisomiques ont des difficultés à s’adapter avec les changements.
  3. Favoriser la confiance en soi : L’enfant trisomique a généralement tendance à abandonner rapidement. Il faut donc l’encourager régulièrement et valoriser ses efforts pour persévérer et conserver sa confiance et son estime de soi. Par contre, il ne faut pas exagérer ! L’enfant trisomique a certes besoin de vivre des réussites mais aussi des échecs comme tous les enfants. C’est ainsi qu’il va forger sa personnalité et apprendre de ses erreurs.
  4. Développer ses habiletés : Pour ce faire, il est nécessaire de préparer l’enfant trisomique à vivre en société. Vous pouvez donc le pousser à travailler avec un ou plusieurs coéquipiers et partager du matériel en planifiant des activités collectives.

Bien entendu, ces astuces sont valables autant pour les enseignants de classe que pour les professeurs particuliers auxquels les parents recourent afin d’améliorer le niveau de l’enfant atteint de cette malformation congénitale.