Enfants mis de côté : interventions pour diminuer l’impact !

Parents et éducateurs, nous souhaitons toujours que les enfants ne gardent que de bons souvenirs de leur enfance. Mais il est quasiment impossible ! Nous gardons tous en mémoire des situations d’humiliation que nous avons vécues vis à vis de nos camarades. A ce propos, le rejet de quelques enfants par leurs pairs peut avoir de mauvais impacts sur la personnalité et l’avenir de l’enfant. Nous devons donc être vigilants pour détecter ces situations et intervenir pour y faire face que ce soit en classe, en cours collectifs, ou en stage vacances.

Conséquences sur l’avenir de l’enfant

Les spécialistes (voir Parker et Asher, 1987) indiquent que les enfants mis de côté par leurs pairs sont plus susceptibles à éprouver des problèmes d’adaptation non seulement durant leur enfance mais aussi à l’adolescence et l’âge adulte. Les enfants rejetés par leurs camarades expriment généralement un sentiment d’acceptation sociale et une perception de soi négatifs et se perçoivent moins compétents. Cela impacte certainement leur scolarité et peut même engendrer l’échec scolaire.

Interventions nécessaires des éducateurs

Nous voulons alors vous faire part d’une suite d’interventions nécessaires pour lutter contre le rejet des enfants vis à vis de leurs pairs et, par suite, d’éviter les impacts précédemment déterminés.

  1. Favoriser le travail en groupe : former des équipes hétérogènes de trois à cinq élèves pour faire des activités collectives aide les enfants mis de côté à s’intégrer et à communiquer avec leurs coéquipiers.
  2. Éviter la comparaison : il ne faut pas faire des comparaisons entre les enfants mais plutôt comparer chaque enfant à lui-même : ses progrès, des situations identiques qu’il a réussies au passé, etc.
  3. Observer l’enfant mis de côté : cette observation permet de déterminer les situations ou les activités durant lesquelles l’enfant est souvent mis de côté. Ainsi, vous pouvez planifier et organiser des activités qui répondent à ses intérêts et, par conséquent, lui permettre de se retrouver facilement au sein du groupe.
  4. Encourager l’enfant un peu à l’écart à s’exprimer : l’enfant rejeté est généralement timide et discret. Il est donc nécessaire d’aller chercher son avis et de le faire participer en lui adressant des questions ouvertes. Puis, écoutez sa parole attentivement sans l’interrompre. Ainsi, l’enfant va retrouver sa confiance en soi.