La pression des parents, ennemi de la motivation !

Plusieurs d’entre nous ont déjà entendu leurs parents prononcer des phrases comme « tu dois travailler davantage », « tes notes sans catastrophiques » ou « Tu ne pourras pas vivre sans diplôme ». Ce discours, loin de motiver les enfants, il les maintient en état de stress et de pression.

Formes de pression

La pression des parents peut se présenter sous deux formes. La première est quantitative : elle se produit lorsque les parents répètent sans cesse les mêmes phrases à leurs enfants pour les pousser à fournir plus d’efforts et aussi quand ils énumèrent les « règlements » en rapport avec leur vie scolaire. La deuxième est qualitative : elle porte sur les moyennes et les remarques négatives des enseignants. Dans les deux cas, il s’agit de souligner les difficultés de l’élève même si, parfois, il n’existe vraiment pas de difficultés. En effet, ce sont les parents qui ont parfois une tendance perfectionniste. Ce faisant, les élèves se démotivent pour l’apprentissage.

Comment éviter la pression des parents ?

En effet, la pression des parents est l’ennemi de l’apprentissage. Même si les résultats ne sont pas bons, elle ne fait qu’aggraver la situation. Ainsi, les parents doivent adopter un discours rassurant et encourageant pour évacuer la pression déjà subie dans la journée. Lorsqu’ils remarquent la présence des difficultés, les parents doivent se poser quelques questions avant d’en parler avec l’élève : « depuis quand la difficulté existe ? », « est-ce la première ou y a-t-il des précédents ?», « qu’en disent les professeurs ? » et puis « qu’en dit l’enfant ? » Il est, en fait, légitime d’être exigent pour l’intérêt de votre enfant. Mais il faut, tout de même, faire preuve de prudence et ne pas confondre exigence et pression. La clé est donc d’exercer une surveillance prudente, de mettre en place un cadre de travail adapté aux besoins de l’enfant et de valoriser ses efforts.