Qu’est-ce que « apprendre » ?

Parce qu’il opte pour une démarche pédagogique productive, le corps enseignant commence toujours par trouver des éléments de réponse à une question primordiale et fondamentale : Qu’est-ce que « apprendre » ? Et surtout comment « apprendre » ?

« Apprendre » ou « s’informer » ?

En effet, « apprendre » s’inscrit dans la pratique exercée par un apprenant  qui veut se donner une nouvelle compétence. Le terme est issu du latin apprehendere qui signifie acquérir une connaissance ou un savoir faire.  Mais « apprendre » n’est pas forcément l’équivalent de « s’informer ».  Ce n’est pas la simple réception d’une information, car à force de trop s’informer, on risque de ne rien apprendre. Pour cela, « l’art d’apprentissage » exige des pré-requis indispensables pour que l’apprentissage soit garanti.

Qu’elle importance pour le facteur temps ?

Tout d’abord, pour « apprendre » ou « faire apprendre », il est important  de prendre le temps nécessaire pour l’accomplissement de cet acte. En apprenant, il faut se montrer patient.  L’impatience, que ce soit de l’enseignant ou de l’élève, peut engendrer de mauvaises conséquences sur la faculté d’apprendre. Ainsi, la succession des actes d’apprentissage doit être gérée et organisée rigoureusement.

Les données psychologiques

De plus, une autre condition est indispensable et peut être le continuum de la première : la prise en compte des données psychologiques de l’apprenant. Il faut prendre en considération le degré de disponibilité pour l’apprentissage, cerner la durée idéale et optimale de concentration, savoir garder l’attention de l’apprenant, etc. Par ailleurs, pour assurer le bon déroulement de l’apprentissage, il est nécessaire d’établir un lien interactif entre éducateur et apprenant.  C’est ce lien qui est, en premier lieu, responsable de la motivation ou la démotivation des apprenants.  Dans ce sens, l’enseignant doit miser sur une stratégie susceptible de  créer une atmosphère favorable au développement des capacités intellectuelles de l’apprenant, afin de s’assurer progrès et réussite. Cette stratégie n’est pas toujours garantie, en classe, lors des cours ordinaires mais elle est plus facile à créer dans le cadre des cours particuliers.

Les cours particuliers et l’oubli

Ensuite, la meilleure façon pour soutenir la faculté de mémoire chez l’apprenant est l’apprentissage par l’action ou par pratique. C’est une tradition établie depuis longtemps et remonte à l’époque d’Aristote qui affirma : « Les choses qu’il faut apprendre pour les faire, c’est en les faisant que nous les apprenons ». Cette méthode  a toujours montré son effet positif sur l’acquisition, la sauvegarde et la compréhension de nouvelles connaissances. Ne vous inquiétez pas si votre enfant a la mémoire courte. C’est une lacune ordinaire lors de l’apprentissage que l’enseignement à domicile est la meilleure solution pour franchir.

L’acte d’apprentissage a donc des moyens spécifiques. Mais il y a, tout de même, un pas à franchir que seul l’apprenant peut en décider : il s’agit de la volonté d’apprendre et de se servir de ses capacités.